Crédits


Y a-t-il un rapport entre alimentation et developpement cognitif ?

Necmedo
50 ans
Quiberon
RETOUR AUX QUESTIONS
Musée de l'hommme
Bruno Simmen, éco-anthropologie et ethnobiologiste au Musée de l’Homme

Sur un plan évolutif, l’accès à une meilleure alimentation a pu accélérer le développement cognitif de nos ancêtres. Mais à titre individuel, il n’y a pas de modèle alimentaire meilleur qu’un autre, tant que les apports en nutriments sont suffisants.

 

 

Notre cerveau est gourmand en énergie… Au repos, 25% de l’énergie que notre corps utilise est allouée au fonctionnement du cerveau.

 

Certaines carences peuvent engendrer des retards de développement, mais la diversité des régimes alimentaires selon les populations humaines montre qu’il n’y a pas un modèle unique qui serait meilleur. Certaines sociétés mangent énormément de viande, d’autres presque exclusivement des végétaux. Il n’y a donc pas de relation convaincante entre alimentation et capacités cognitives au niveau individuel.

 

En revanche, tout laisse penser que l’alimentation a joué un rôle essentiel dans le développement des capacités cognitives de nos ancêtres, en lien avec l’augmentation de la taille du cerveau. Une théorie avance que l’utilisation très précoce du feu chez les homininés aurait permis une alimentation de meilleure qualité, hautement calorique. Les observations des crânes d’Homo erectus/ergaster vieux de 1,8 millions d’années montrent une réduction de la denture, prouvant que ces hommes de grande stature n’étaient pas très efficients pour mâcher des aliments très durs.

 

Pour répondre à des besoins en énergie accrus, certains scientifiques pensent qu’une utilisation du feu a été possible chez ces espèces du genre Homo. La cuisson des aliments, notamment des tubercules riches en amidon et de la viande, les rend plus digestes et bien plus énergétiques, et répond aux besoins considérables en énergie d’un cerveau dont la taille augmente dans la lignée humaine.. 

 

Propos recueillis par Rémi Pin  

Partagez :